Rechercher
  • Nantosuelta

Samhain ou la métaphore du "passage"

Mis à jour : 16 nov. 2019




Il ne vous a pas échappé que la période estivale est révolue et que, depuis quelques semaines, la chute des feuilles et l’automne se sont installés tout doucement. Peu à peu, la lumière se tamise, et l’obscurité prend toute sa place.


Ayant donné à mon cabinet de naturopathie le prénom d’une déesse celte, celle de la Nature, je ne saurai passer sous silence cette période de l’année qui, dans la civilisation celte, signe précisément le repli de la nature (les fruits du travail de l’année ont été engrangés, le bétail est mis à l’abri, et la nature se met au repos), et qui marque également le début de l’année avec le rituel de Samain, ou Samhain, (qui signifie à la fois « fin de l’été » et « rassemblement »).


Un début d’année au 31 octobre, étrange me direz-vous ? Pas tant que ça… Il s’agissait d’un moment hors du temps, où le monde de l’Invisible pouvait rencontrer celui du Visible. Samhain permettait d’honorer les Ancêtres, d’entrer en contact avec les Trépassés. Le rituel se déroulait la nuit. Chaque foyer se devait d’éteindre le feu dans l’âtre, et de se rassembler autour du Druide. Ce dernier éteignait alors le feu sacré, symbolisant ainsi le passage à la mort, avant de le rallumer. Ce plongeon dans l’obscurité totale permettait de prendre conscience de l’absence, et de faire l’expérience d’une des Grandes Lois de la Vie : celle qui veut que tout ce qui naît est appelé à disparaître.


Mais c’est aussi par ce feu ravivé dans l’obscurité que renait en nous cette flamme intérieure qui nous guide, une fois débarrassés de nos entraves car sans lumière, la vie est impossible, mais la graine a besoin d’obscurité afin de germer. Ce feu sacré, symbolisait à la fois un recommencement, le début de la vie, de la nouvelle année, ainsi que la victoire contre la mort.


Ainsi, tout commence par la mort, tout commencement vient de l’obscur. De même, dans la cosmologie chinoise, le Yin et le Yang se complètent. Dans le symbole du Yin et du Yang, connu sous le nom de Taï Chi, le Yin correspond à la partie noire de ce symbole et représente entre autre l’obscurité, la nuit, la profondeur, l’inspiration, le féminin, la lune, le repos. Pour autant, il y a toujours un peu de Yang dans la plénitude du Yin, un peu de lumière dans la nuit.


Les Egyptiens antiques quant à eux associaient la couleur du noir au royaume des morts, lieu de transformation. Le noir représentait également la couleur du limon, qui apportait fertilité et renouveau.

Plus proche de nous, la religion chrétienne a, entre le 9ème et 11ème siècle, déplacé les célébrations dédiées aux défunts, étonnamment à la période des fêtes païennes qu’elle avait précédemment interdites…


D’un point de vue astrologique, il est bon de rappeler que Samhain se déroule sous le signe du Scorpion, mettant à l’honneur la planète Pluton. Or Pluton (Hadès chez les Grecs) n’est autre que le dieu des Enfers, donc des Morts. Cet astre régit tout ce qui dans nos vies nous amène aux transitions, à nous transformer, à nous conduire vers d'autres étapes de nos existences. Le signe astrologique du Scorpion symbolise la mort, la fin des choses, les transformations.


Cette période revêt donc un aspect universel et on ne saurait trouver meilleur moment pour effectuer une introspection et revenir sur les évènements et sur les expériences que nous avons vécus tout au long de cette année, une fois récoltés les fruits que nous avons semés plus tôt.


Samhain est le moment propice pour revenir sur l’année qui vient de s’écouler, laisser mourir ce qui n’a plus lieu d’être dans notre vie, entrer dans notre obscurité intérieure pour laisser aller ce qui doit s’en aller, sur quelque plan que ce soit (physique, émotionnel, mental, spirituel). C’est l’occasion de se décharger de nos fardeaux, se débarrasser de notre manque de confiance en soi, de notre pessimisme légendaire, de nos craintes non fondées, de nos vieux conflits, de nos angoisses qui freinent notre évolution et d’engager une mutation profonde, socle de nos projets à venir. En d’autres termes, c’est le moment idéal pour tourner la page, clore un chapitre de notre vie afin d’en ouvrir un nouveau et de poursuivre notre Légende personnelle.


Mais Samhain ne se contente pas de rituels effectués autour du 31 octobre et du 1er novembre. Il s’agit si vous le souhaitez d’une véritable gestation qui se produit dans l’Invisible, c’est-à-dire tout au long de la période hivernale jusqu’au début du printemps. Après la mort, la vie prend sa source dans l’obscurité, et se développe peu à peu pour permettre une renaissance. A l’image de la nature qui s’est mise au repos, c’est le moment de reprendre des forces afin de démarrer sainement cette nouvelle année et d’accueillir avec sérénité les changements inattendus que la Vie nous réserve.


En cette période introspective que nous offre Samhain, je vous propose cette réflexion pour vous accompagner dans votre méditation, vous ouvrir au renouveau et laisser partir l’ancien :


« L’heure la plus sombre est celle qui vient juste avant le lever du soleil »

Paulo Coelho - L’Alchimiste



Article rédigé par Fanny Lacroix, naturopathe et fondatrice du site

65 vues

Nantosuelta Naturopathie

Consultations de naturopathie

Massages bien-être

Fleurs de Bach

Reims, Epernay, Villers-Allerand

Me contacter

06 23 94 89 35

Restons connectés